Le Centre National de Recherche et de Formation sur le Paludisme (CNRFP) a démarré ses activités en 1983 avec un projet communautaire de «lutte contre le paludisme dans la ville de Ouagadougou». A partir de 1986, il a été créé un Centre de lutte contre le paludisme, devenu un centre de référence dans le domaine de la paludologie. En 1993, avec son rattachement à la Direction Générale de la Santé publique (D.G.S.P.), le centre de lutte contre le paludisme devient Centre National de Lutte contre le Paludisme (C.N.L.P.).  En avril 1998, à l’issue des journées de réflexion, le C.N.L.P. a connu une réorientation de ses attributions, puis, a été érigé par arrêté ministériel en Centre National de Recherche et de Formation sur le Paludisme (C.N.R.F.P.). Le volet lutte ayant été confié au Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP) créé en 1995 et placé sous la Direction de la Médecine Préventive (DMP). Dès lors, le CNRFP s'est spécialisé dans le développement des outils de contrôle et d'orientation de la lutte contre le paludisme. Il est également un centre de référence en matière de formation sur le paludisme. Quant au PNLP, il s'est spécialisé dans la prévention et la lutte contre le Paludisme. Les deux structures entretiennent une bonne collaboration. Le CNRFP est représenté dans le comité de pilotage et dans les comités thématiques du PNLP. La philosophie de cette collaboration veut que le CNRFP développe les outils de contrôle et d'orientation de la lutte contre le paludisme au profit PNLP qui les utilisera dans ses activités de lutte. D'ou l'étroite collaboration qui existe entre les deux institutions.

 

 

 

image ADfinalLe Centre National de Recherche et de Formation sur le Paludisme (CNRFP) est l’un des principaux centres de recherche du Ministère de la santé au Burkina Faso. Créé depuis 1993 dans le cadre du « projet de médecine communautaire » avec l’appui de la coopération italienne, le CNRFP a acquis depuis 1996 le statut de structure rattachée du Ministère de la Santé, et il constitue à présent l’un des piliers pour l’institut National de Santé Publique (INSP) au Burkina Faso.

Lire la suite

 

Transmission of molecularly undetectable circulating parasite clones leads to high infection complexity in mosquitoes post feeding.

Auteurs: 

Grignard L, Gonçalves BP, Early AM, Daniels RF, Tiono AB, Guelbéogo WM, Ouédraogo A, van Veen EM, Lanke K, Diarra A, Nebie ISirima SB, Targett GA, Volkman SK, Neafsey DE, Wirth DF, Bousema T, Drakeley C.

Int J Parasitol. 2018 May 5. pii: S0020-7519(18)30095-X. doi: 10.1016/j.ijpara.2018.02.005

Variation in natural exposure to anopheles mosquitoes and its effects on malaria transmission.

Auteurs: 

Guelbéogo WM, Gonçalves BP, Grignard L, Bradley J, Serme SS, Hellewell J, Lanke K, Zongo S, Sepúlveda N, Soulama I, Wangrawa DW, Yakob L, Sagnon N, Bousema T, Drakeley C.

Elife. 2018 Jan 23;7. pii: e32625. doi: 10.7554/eLife.32625.

Safety of single low-dose primaquine in glucose-6-phosphate dehydrogenase deficient falciparum-infected African males: Two open-label, randomized, safety trials.

Auteurs: 

Bastiaens GJH, Tiono AB, Okebe J, Pett HE, Coulibaly SA, Gonçalves BP, Affara M, Ouédraogo A, Bougouma EC, Sanou GS, Nébié I, Bradley J, Lanke KHW, Niemi M, Sirima SB, d'Alessandro U, Bousema T, Drakeley C.

PLoS One. 2018 Jan 11;13(1):e0190272. doi: 10.1371/journal.pone.0190272. eCollection 2018.

 

Safety and immunogenicity of a recombinant Plasmodium falciparum AMA1-DiCo malaria vaccine adjuvanted with GLA-SE or Alhydrogel® in European and African adults: A phase 1a/1b, randomized, double-blind multi-centre trial. 

Auteurs: 

Sirima SB, Durier C, Kara L, Houard S, Gansane A, Loulergue P, Bahuaud M, Benhamouda N, Nebié I, Faber B, Remarque E, Launay O; AMA1-DiCo Study Group.

Vaccine. 2017 Oct 27;35(45):6218-6227. doi: 10.1016/j.vaccine.2017.09.027. Epub 2017 Sep 22.

 

Visiteurs
2
Articles
72
Compteur d'affichages des articles
3689